jro

Avec Gérard Depardieu, Niels Arestrup, Alexandra Maria Lara

Genre : Drame

 

Sortie le 30 mars 2011

 

L’Histoire : Conrad Lang jardinier d’une famille bourgeoise aisée souffre de la maladie d’Alzheimer. Petit à petit, sa mémoire immédiate s’efface remplacée par une autre, plus lointaine, qui le replonge dans sa plus tendre enfance et risque de mettre à mal un secret de famille bien gardé…

 

 

La critique : l’inquiétude. C’est le premier sentiment que l’on a, avant d’assister à la projection de ce film. En effet, le thème de l’Alzheimer est loin d’être réjouissant… On s’attend à contempler la lente déchéance d’un homme qui voit sa mémoire l’abandonner progressivement sous le regard de proches impuissants…  On se dit aussi que les pertes de mémoire qui s’accompagnent de retours en arrières ramenant Conrad a sa petite enfance permettront l’évocation d’un passé perdu et regretté façon « c’était mieux avant »… Autant dire qu’on en soupire d’avance… Mais il n’en est rien ! Le réalisateur évite tous ses écueils grâce à des  actrices et des acteurs de talents, Gérard Depardieu en tête. Force est de constater qu’il excelle dans ce rôle de vieux bougre rêveur un peu naïf mais éminemment sympathique. La scène inaugurale qui le montre vidant un bidon d’essence dans la cheminée pour s’allumer un feu est amusante et nous libère des craintes évoquées plus haut. Conrad devient attachant, on a terriblement envie de le prendre dans nos bras pour le protéger de l’Oubli qui le guette… A l’opposé,  Niels Arestrup, Françoise Fabian et Yannick Regnier réussissent à créer une tension familiale et, bientôt, le spectateur éprouve le même malaise que Simone (Alexandra Maria Lara) qui décide finalement de prendre la défense du malheureux Conrad… On découvre également avec plaisir la présence au générique du délicieux Féodor Atkine (la voix française de Dr House), malheureusement trop rare  à l’image.

Petit bémol  cependant, l’évocation de nombreux personnages rend le dénouement final difficile à suivre mais malgré tout, ce film reste une excellente surprise.

 

La note d’Etats Critiques : 7/10

Publicités