RIF

Avec Yvan Attal, Pascal Elbé, Valentina Cervi
Genre : Policier

Sortie le 31 août 2011

 

L’Histoire : Stéphane Monnereau policier désabusé doit faire face à des difficultés dans son couple. Pour rémédier à cette situation, il décide de partir en vacances avec sa femme et son fils. Lors d’un arrêt dans une station service après une panne, c’est le drame : sa femme disparaît… Alertés, les gendarmes ne tardent pas à soupçonner le policier d’avoir tout simplement supprimé sa femme… Dès lors, une seule solution pour Monnereau : fuir pour poursuivre les recherches et retrouver son épouse…

La critique : Franck Macuso nous offre ici un polar efficace qui nous permet de suivre les malheurs de Stéphane Monnereau, policier cabossé par la vie, dans la lignée de ceux mis en scène par Olivier Marchal dans son excellente série Braquo par exemple. L’autre intérêt du film concerne Yvan Attal. En effet, il incarne un flic pour la première fois de sa carrière et on est curieux de voir comment il s’en sort… Eh bien, disons-le, sa performance est plutôt réussie. Il traduit à merveille la tension et l’angoisse qui habite son personnage.

La construction du film est aussi intéressante avec trois phases successives : le scepticisme des gendarmes, les soupçons sur le mari et bien sûr l’éclatement final de la vérité. Le duo Yvan Attal-Pascal Elbé fonctionne bien mais si on a l’impression que ce dernier force un peu le trait, sous prétexte qu’il joue dans un film sérieux, ce qui est un peu agaçant… Dans le même registre, Valentina Cervi actrice italienne qui incarne la femme du héros ne semble pas des plus à l’aise et manque cruellement de naturel. Peut-être est-ce dû à son manque d’aisance dans la langue de Molière.
Malgré ces petits défauts, ce film nous accroche, on a envie d’en savoir plus, on a surtout envie que le pauvre Stéphane Monnereau s’en sorte sans trop de dommages…

Sans dévoiler la fin, sachez qu’elle présente l’avantage de ne pas être convenue contrairement à de nombreux films du même genre même si elle est un peu poussive…

En résumé, un long-métrage pas exempt de défauts mais qui profite d’une approche plutôt originale.

La note d’Etats Critiques : 7/10

Publicités