Les-Lyonnais

Avec Gérard Lanvin, Tchéky Karyo, Patrick Catalifo
Genre : Drame policier

Sortie le 30 novembre 2011

L’histoire : Edmond Vidal alias « Monmon » ancien leader du célèbre gang des Lyonnais qui sévissait dans les années soixante dix, est aujourd’hui « retiré des affaires » et vit tranquillement aux côtés de sa femme Janou. Seulement, son ami d’enfance, Serge Suttel est loin d’avoir raccroché et ne tarde pas à être de nouveau emprisonné. Dès lors, Edmond Vidal met un point d’honneur à organiser sa libération. Leurs retrouvailles replonge « Monmon » dans son passé…

La critique : Pour son nouveau film, Olivier Marchal choisit de mettre en scène la vie et « l’œuvre » d’Edmond Vidal, truand lyonnais très actif il y une quarantaine d’années. Sa spécialité : les braquages et les vols de voitures. Le long-métrage s’ouvre sur un Edmond Vidal , incarné par Gérard Lanvin, qui vit tranquillement avec les siens. Tellement tranquillement que l’intrigue met du temps à démarrer. On s’ennuie ferme. Heureusement, l’arrestation de Serge Suttel, fait resurgir le passé d’Emond Vidal.

On se retrouve alors plongé dans les années soixante dix et l’on accompagne la bande à Vidal dans ses forfaits. La reconstitution de cette époque est bien réussie et rappellera pour les initiés l’ambiance du film Romanzo Criminale sans pour autant atteindre le même degré d’intensité. En réalité, Olivier Marchal aurait dû se cantonner à retracer la jeunesse de Vidal, sans faire sans cesse des allers-retours entre passé et présent qui deviennent franchement pénibles à la longue. D’autant plus qu’on a l’impression que ces allers-retours ne sont finalement là que pour permettre à Gérard Lanvin de tirer la tronche pendant une heure et demi comme pour nous dire : « attention, je joue dans un film de gangster, c’est sérieux ! » Pourtant ça fait du bien de se détendre un peu Gérard, parfois !

Autre défaut du film : Olivier Marchal fait… Du Marchal. Autrement dit, pas grand-chose de neuf sous le soleil… Des flics, des flingues, des gangsters… Alors oui, Marchal maîtrise bien le genre de part son passé, mais voilà, zéro surprise… Cette impression de déjà-vu sera d’autant plus forte pour ceux et celles d’entre vous qui ont eu l’occasion de voir la série Braquo diffusée sur Canal+. Même générique, mêmes questions existentielles et… Mêmes acteurs (François levantal par exemple, qui officie dans la saison 2) ! C’est toujours un peu triste de voir un réalisateur nous ressortir le même film d’années en années jusqu’à finir par se parodier lui-même… Y’à pas que les flics dans la vie, Olivier !

Au rayon distribution : Tchéky Karyo, acteur rare et talentueux heureusement là pour relever le niveau face à un Gérard Lanvin bien fade et monolithique. Quitte à bien faire, Olivier Marchal aurait été beaucoup plus inspiré en inversant les deux rôles.
Le commissaire Max Brauner incarné par Patrick Catalifo enfin, n’est pas sans rappeler un certain Michel Neyret et cela donne un éclairage particulier au film quant on connaît ses déboires judiciaires actuels… Il est présenté comme un policier efficace et déterminé, on sent tout l’attachement que Marchal a pour lui, c’est son droit de cinéaste.

En résumé, Les Lyonnais est un film de gangsters pleins de bonnes volontés mais qui souffre de trop d’imperfections pour nous emballer…

La note d’Etats Critiques : 5/10

Publicités