affiche-j.edgar_

Avec Leornardo DiCaprio, Naomi Watts, Armie Hammer
Genre : Biographie

Sortie le 14 janvier 2012

L’histoire : Le très controversé fondateur et directeur du FBI Hoover décide de dicter ses mémoires pour donner sa version de l’Histoire et des années qu’il a traversé…

La critique : Après nous avoir livré ses préoccupations métaphysiques pour le moins soporifiques dans Au-delà, Clint Eatwood passe à nouveau derrière la caméra avec un projet ambitieux : un biopic sur John Edgar Hoover, fondateur et premier directeur du FBI. Sujet délicat tant le personnage est aussi détesté qu’adulé.

Cela commence bien, la prestation de DiCaprio est réussie. on le suit tout au long de la création du FBI, découvrant un homme précurseur dans la direction des enquêtes (respect des scènes de crime, sollicitations d’experts scientifiques) rigoureux dans le choix des hommes de son équipe.

Voilà pour le côté face car le force du film c’est aussi d’avoir un côté pile : Clint Eastwood n’évite pas la part d’ombre de Hoover (opérations policières brutales, anticommunisme viscéral). Outre cette part d’ombre, Clint Eastwood met en scène un directeur du FBI intime aimant passionnément sa mère et ayant des difficultés à assumer sa sexualité. En effet, le long-métrage part du prorata que les rumeurs d’homosexualité qui entouraient Hoover étaient fondées. On assiste alors des scènes de séduction inavouées touchantes et pleines de délicatesse entre l’agent fédéral en chef et son adjoint Clyde Tolson (Armie Hammer, excellent) lors des nombreux qu’ils prennent ensemble, jusqu’au baiser volé dans l’hôtel… Clint Eastwood ose mais ne juge pas et on apprécie. Mention spéciale aussi à Naomi Watts parfaite dans le rôle de la secrétaire totalement dévouée à son patron.

Clint Eastwood articule son oeuvre autour de la rédaction des mémoires et on aurait pu croire que ce choix allait déboucher sur un portrait trop subjectif mais le réalisateur évite ce piège assez adroitement puisqu’il rétablit quelques vérités par la bouche de Tolson à la fin du film. Cependant, il n’est pas exempt de défauts : les allers-retours incessants entre passé et présent sont assez fatigants à la longue. De même, le maquillage censé vieillir les personnages n’est pas toujours très convaincant voire un peu effrayant pour certains… De nombreux évènements sont oubliés aussi dont le mc Carthysme et c’est dommage.

Malgré tout, ce film reste d’excellente facture, on retrouve un Clint Eastwood inspiré et cela fait plaisir.

La note d’Etats Critiques : 7,5/10

Publicités