SR

Titre original : Safe House
Nationalité : Américaine, Sud-Africaine
Avec Denzel Washington, Ryan Reynolds, Vera Farmiga
Genre : Espionnage, Action

Sortie le 22 Février 2012

L’histoire : Tobin Frost, agent double activement recherché par la CIA est en fuite depuis presque dix ans. Il réaparaît en Afrique du Sud poursuivi par un groupe mystérieux. Il se réfugie au Consulat américain parvenant ainsi à leur échapper. Mais les services secrets en profitent pour le capturer et le retenir prisonnier dans une planque secrète quelque part au Cap… S’ensuit alors un interrogatoire pour le moins musclé… Brusquement interrompu par l’attaque surprise d’un commando venu récupérer le captif. Après une terrible fusillade, le jeune agent Matt Weston se retrouve seul chargé de la protection de Frost. Il voit là une magnifique occasion de prouver sa valeur à l’Agence mais son prisonnier tant convoité n’a pas vraiment l’intention de se laisser faire…

La critique : Avec un scénario aussi alléchant, on s’attend à un bon film d’action avec en vedette Denzel Washington, sûrement l’un des plus grands acteurs de sa génération. On est plutôt bien servi : ça tire dans tous les sens, les bagarres, les explosions et autres courses poursuites s’enchaînent rapidement, on se laisse porter…

Denzel Washington forme avec Ryan Renolds un duo ambigu plutôt réussi. Le spectateur s’identifie bien au personnage Matt Weston, comme lui on est jamais sûr si Tobin Frost est sincère au non. Toujours côté distribution, on apprécie le retour à l’affiche de Robert Patrick (inoubliable T-1000 dans Terminator 2) mais on est également ravi de la présence au générique de Nora Arnezeder (révélée dans Faubourg 36de Christophe Barratier, réalisateur des Choristes).

Revenons au film : s’il est vrai qu’on se laisse porter, on réfléchit aussi… Et là, l’enthousiasme du début est vite refroidi… La faute à un scénario bien trop prévisible. Sans dévoiler la fin, le spectateur avisé devine assez vite les tenants et les aboutissants de l’intrigue.
Tout comme le scénario, la réalisation tombe aussi dans la facilité. La caméra bouge parfois trop pendant les scènes d’action,on perd le fil, c’est énervant. Malheureusement, beaucoup trop de cinéastes partent aujourd’hui du principe que la caméra doit bouger autant que les personnages sous prétexte de placer le spectateur « au coeur » de l’action… Mais cette technique crée souvent la confusion et l’agacement plutôt que la sensation d’immersion voulue au départ…

A cela s’ajoute, une photographie médiocre, l’image est formée d’un grain grossier du plus mauvais effet, sans doute là encore pour favoriser « l’immersion »…
Enfin, comme tout bon film américain qui se respecte, on nous gratifie d’une bonne morale à la fin, façon « je fais un boulot terrible mais je ne dois jamais tuer jamais d’innocents ». Assez pathétique…

Encore un film qui ne restera pas dans les annales de la filmographie de Denzel Washington. Un de plus.
Vraiment dommage qu’il ne se voit pas offrir davantage de rôles à la hauteur de son talent.

La note d’Etats Critiques : 5/10

Publicités