Nationalité : américaine
Avec Liam Nesson, Brooklyn Decker, Rihanna
Genre : Science-Fiction

Sortie le : 11 avril 2012

L’histoire : Chaque année la Marine Américaine organise à Hawaï les RIMPAC, une compétition internationale de grandes manœuvres navales. Plusieurs navires s’affrontent l’USS Sampson, l’USS Ronald Reagan ou encore l’USS John Paul Jones côté américain et le Myoko côté japonais.
Dans le même temps, la Nasa annonce fièrement avoir détecté dans l’univers une planète semblable à la Terre susceptible d’abriter la vie et entreprend de la contacter grâce à l’envoi de puissants signaux radios…

Bientôt, d’étranges structures métalliques se dirigent vers la Terre, pénètrent dans l’atmosphère, avant de tomber sur Tokyo et faire de gros dégâts. D’autres éléments plongent dans le Pacifique et émergent de l’eau pour créer un champ de force et isoler l’archipel d’Hawaï. Les quatre destroyers se retrouvent seuls au monde pour faire à la menace…

BattleShip

La critique : Le prorata de départ du film est plutôt audacieux : comment adapter au cinéma le célèbre jeu de société Bataille Navale (Battleship en version originale) ? En n’en reprenant le principe à savoir : « toucher l’adversaire sans le voir et sans être vu ». Cela donne des scènes de combats à distance bien réussies dont une séquence assez emballante qui va jusqu’à utiliser le concept de la grille du jeu !

Mais il y a aussi de vraies séquences de combats « directs », de vraies batailles navales entre les navires humains et le vaisseau extra-terrestre très impressionnant. Malheureusement, c’est le seul intérêt du film… On s’ennuie vite : il faut attendre près de trois quart d’heure avant de pouvoir profiter de la première séquence spectaculaire… Avant cela, on nous déroule un scénario affligeant de clichés usés jusqu’à la corde.
Jugez plutôt : Alex Hooper est un raté, tout l’inverse de son frère, brillant officier de la Marine, véritable exemple pour tous. Le soir de son anniversaire, Alex rencontre la superbe Samantha (Brooklyn Decker) dans un bar… On a vite le sentiment qu’elle semble condamnée à se promener en débardeur et short moulant tout au long du film…

BattleShip2

Survient le drame : elle a faim. N’écoutant que son courage, Alex va jusqu’à cambrioler une supérette pour satisfaire l’appétit de sa promise… Bien évidemment, cela se termine mal puisqu’il est arrêté par la Police. Excédé, son frère l’enrôle dans l’armée. Rassurez-vous, tout n’est pas perdu : son morceau de bravoure lui a valu de conquérir le cœur de Samantha… Alléluia ! On respire ! Mais le répit est de courte durée… Le supérieur d’Alex, l’Amiral Shane (Liam Nesson) ne le porte pas en très haute estime et qui, pour ajouter à la difficulté, n’est autre que… Le père de Samantha ! Comme par hasard ! Bien évidemment, il ne fait aucun doute qu’Alex va passer du statut de pauvre naze sans avenir à celui de sauveur planétaire… Ajoutez à cela, la musique grandiose pour ne pas dire grandiloquente, les plans de navire vertigineux, l’hommage appuyé aux vétérans tellement appuyé qu’il en devient grotesque ! On se croirait dans un clip de propagande de l’Amée… Il ne manque plus que l’Oncle Sam et son célèbre « I NEED YOU ! », le « DEVENEZ VOUS-MEME ! » américain pour parachever le tout !

En vérité, le pauvre Peter Berg cherche à faire du Micheal Bay sans atteindre la folie ou le second degré qui fait la force du dernier Transformers par exemple. Il paraît englué dans le cahier des charges voulu par ses producteurs et surtout ses sponsors militaires… On va même jusqu’à solliciter la star Rihanna qui malgré toute la bonne volonté du monde ne fait pas illusion très longtemps… Touché, coulé.

BattleShip3

La note d’Etats Critiques : 4,5/10

Sources images:  foxnews.com , flicksandbits.com, popmusiclife.com.

Publicités