paperboy-1

Nationalité : Américaine
Avec Nicole Kidman, Zac Efron, Matthew McConaughey
Genre : Thriller

Sortie le 17 octobre 2012

Interdit aux moins de 12 ans

L’histoire : Anita ex employée de maison dans la famille Jensen, revient sur le meurtre d’un shérif en Louisiane en 1969. Elle raconte l’enquête du jounaliste Ward Jansen de retour au pays pour tenter de disculper le principal suspect Hillary Van Wetter qui entretient une correspondance intime avec la troublante Charlotte Bless… Ward est d’ailleurs venu à sa demande et parcourt bientôt la région accompagné de son frère Jack jeune livreur de journaux et de son collègue journaliste Yardley Ancheman.

La critique : Trois ans après le difficile Precious, Lee Daniels pose ses caméras dans la Louisiane de la fin des années soixante. Il retranscrit à merveille l’atmosphère si particulière de cette région qui semble faite pour le cinéma, tant nombre de ses prédécesseurs ont aussi choisi de la filmer par le passé. Ca transpire, on ressent vraiment la moiteur de l’environnement. La photographie est très réussie, la lumière accentue cette impression de chaleur et de moiteur, on aime aussi le choix assumé de laisser paraître le grain de l’image pour la vieillir et donner l’illusion d’un document d’époque.

La mise scène, originale, fourmille belles trouvailles, très osées par moments : Une scène d’amour entrecoupée d’images d’alligators pour en souligner la bestialité ou encore une séquence assez dingue ou les acteurs miment un contact physique intime, les contactes réels étant interdits dans le parloir de la prison…

Mais on transpire aussi beaucoup grâce à Nicole Kidman qui crève l’écran en donnant vie à une sorte de poupée Barbie débordante de libido… On ne voit qu’elle ! C’est la grande force du film… Mais aussi sa grande faiblesse ! Le spectateur est bien vite obnubilé par les tribulations de Charlotte Bless…

paperboy-2

L’intrigue devient accessoire et sans intérêt, on se fiche de savoir qui a tué le shérif évoqué au début du film. Jack, le fameux livreur de journaux, le « Paperboy » du titre, n’est intéressant que dans sa fonction de catalyseur de la fascination engendrée par Charlotte Bless…

Il faut dire que son interprète Zac Efron est aussi expressif que les personnages du Tintin 3D de Spielberg… L’idole des adolescentes depuis la comédie musicale High School Musical tombe le masque. Et c’est pas beau à voir ! Son jeu, disons-le, est tout simplement épouvantable ! Il hésite entre l’ado frustré et le jeune adulte qui n’a d’autre choix que de hurler comme un dératé pour se faire respecter. Tout en nuance…

paperboy-3

Ses collègues n’arrivent même pas à sauver les meubles et restent transparents. Impossible d’éprouver la moindre empathie pour eux : on reste de marbre quand Ward Jensen, frère de Jack, (Matthew McConaughey) est passé à tabac dans son Motel…

John Cusack, revenu des délires apocalyptiques grotesques de Roland Emmerich dans 2012, est juste ridicule en criminel ébouriffé et obsédé par Miss Bless (lui aussi !). Vous l’avez compris, ce film n’est intéressant que pour la prestation de Nicole Kidman qui prouve, une fois encore, toute l’étendue de son talent. Elle peut tout jouer ! Ça mérite bien la moyenne.

paperboy-4

La note d’Etats Critiques : 5/10

Publicités