Mobius-1

Avec Jean Dujardin, Cécile de France, Tim Roth
Genre : Espionnage

Sortie le 27 février 2013

L’histoire : Grégory Lioubov, un agent des services secrets russes est chargé de surveiller les agissements d’un puissant oligarque installé à Monaco. Pour mener à bien cette mission, son équipe ne tarde pas à recruter Alice, une jeune trader talentueuse. Tout va bien jusqu’à ce que Lioubov commette l’erreur d’entrer en contact avec cette nouvelle recrue…

La critique : le cinéma français s’est fait plutôt discret sur votre blog préféré ces derniers temps et ce, pour une raison simple : nous n’avons que faire de ces productions livrées en kit qui font la part belle au casting au mépris du scénario et des spectateurs… Un exemple ? Les Seigneurs, Turf et tant d’autres encore…

Cette semaine les choses changent, du moins on l’espère, avec la sortie du très attendu Möbius d’Éric Rochant, un film d’espionnage des plus mystérieux avec Jean Dujardin et Cécile de France en vedette.

On est tout de suite mis dans l’ambiance avec de magnifiques plans aériens de la principauté de Monaco accompagnés de chants Russes. Puis, on découvre Alice (Cécile de France), une jeune trader en action dans sa salle de marché. Elle semble brillante, bien que l’on ne comprenne pas un traître mot de ce qu’elle raconte !

Mobius-4

Cette incompréhension initiale annonce un scénario d’une grande complexité, il va falloir s’accrocher pour ne pas être décroché. Enfin un film français qui respecte ses spectateurs ! Et rien que ça, c’est une qualité !

La réalisation d’Éric Rochant est tout aussi soignée que son scénario. Son choix de tourner certaines séquences (notamment les scènes d’amour…) en argentique et non en numérique donne un côté esthétique et très poétique à la relation entretenue par Alice et Grégory…

Mobius-2

On aime aussi son choix d’opter pour une distribution internationale qui nous sort enfin des carcans franco-français et qui prouve que notre cinéma peut faire preuve d’ambition s’il le veut !

Les acteurs anglophones qui complètent le casting donnent une autre dimension à l’intrigue. L’anglais Tim Roth est plutôt bon en homme d’affaires russe trouble, quoique sans doute un peu trop effacé.

Mobius-3

De même, comme vous l’avez compris, Jean Dujardin ne joue pas un Français ! Sa performance tout en sobriété vaut le détour ne serait-ce que pour ses dialogues interprétés dans la langue de Pouchkine.

Malgré tout cela, Möbius ne nous séduit pas totalement…

La complexité du scénario qui est au départ une qualité devient vite un défaut. On perd un peu le fil… Trop de complexité tue la complexité !

Pour ne rien arranger, l’histoire d’amour évidemment impossible entre Grégory et Alice, prend bien trop le pas sur l’histoire d’espionnage…

On est vite exaspérés par une Cécile de France en extase et énamourée qui ne cesse de répéter à son amant des phrases ridicules et caricaturales telles que « t’es un cadeau ! » ou « j’adore tes bras d’homme ! »… Juste au cas où on aurait pas bien compris que le coup de foudre, le vrai, a bien eu lieu… Comme quoi, le respect du spectateur n’est pas total…

Mais surtout, on pensait que la dimension bien machiste de l’espion « tombeur de ces dames » était révolue, eh bien non, on nous la ressert en 2013 ! Désespérant !

En résumé, Möbius est une œuvre intéressante, encourageante qui a les défauts de ses qualités.

La note d’Etats Critiques : 6,5/10

Publicités