IR

Nationalité : Américaine
Avec Robert Downey Jr, Gwyneth Paltrow, Guy Pearce
Genre : Science-Fiction

Sortie le 24 avril 2013

 
L’histoire : Un dangereux terroriste connu sous le nom du Mandarin commandite de mystérieux attentats à la bombe avant de menacer directement la vie de Tony Starck…

La critique : Le génial et fantasque milliardaire Tony Stark est de retour pour de nouvelles aventures toujours placées sous le signe d’innovations technologiques ébouriffantes. Au programme cette année : l’armure qu’on peut enfiler à distance. On arrête pas le progrès !
IR-2

Les effets spéciaux sont, d’une manière générale, toujours aussi parfaitement réalisés mais, en même temps, c’est le minimum pour un film au budget tout aussi extravagant que son personnage principal ! La 3D en revanche n’apporte rien.

Dans ce nouvel épisode, tout semble aller pour le mieux pour Tony Stark : il est admiré en tant qu’Iron Man, il habite une somptueuse propriété sur la côte mais surtout… Il partage la vie de celle qu’il aime, son assistante et désormais associée, la délicieuse Peppers Potts (Gwyneth Paltrow).

IR-3

Oui mais voilà ! Malgré tout cela, le pauvre Stark est mal dans sa peau… Il ne dort plus passant ses journées dans son atelier aux côtés de son fidèle allié informatique Jarvis… En fait, il ne sait plus ce qui fait de lui ce qu’il est : l’homme ou l’armure ?

Cette dernière phrase, aux accents lyriques, résume assez bien la première heure du film : un héros en plein doute, submergé par les crises d’angoisse à n’en plus finir…

Première erreur : vouloir réinventer le personnage… après 3 films seulement !

Bienvenue dans Iron-Man version Skyfall… Absolument ridicule ! Jouer la carte de la rédemption et du renouveau n’est intéressant que si on a un certain historique ou un historique certain. James Bond, lui, s’est réinventé après un demi siècle de bons et loyaux services dans les salles. Ce n’est bien évidement pas le cas de Tony Stark. Heureusement dans un sens, quant on voit le résultat…

Le malaise du milliardaire pèse sur le film et sur les spectateurs… Les minutes passent… L’ennui s’installe. Entre deux crises, Robert Downey Jr joue le second degré mais ce n’est pas suffisant, l’ennui persiste.

Deuxième erreur : des « mauvais… » Mauvais !

Tony affronte dans ce nouvel épisode le terrible Mandarin (Ben Kingsley), malheureusement, on dirait davantage une caricature qu’un vrai bon méchant de cinéma bien terrifiant ! (Certains diront que cette impression se justifie par la suite… Oui… Mais tout de même ! Tout cela manque singulièrement d’originalité…)

IR-4

Il est accompagné par une étrange troupe de zombies à combustion spontanée avec à leur tête le blondinet Aldrich Killian (Guy Pearce) à la rancune tenace envers Tony Starck (depuis 1999… On nous refait encore le coup du passé douloureux…).

Leur présence gratifie le film de belles séquences façon film de série B voir Z… Formidable…

On espérait qu’Iron Man 3 sonnerait la réconciliation après un deuxième épisode 2 raté : occasion manquée.

Un conseil pour les courageux néanmoins : restez jusqu’à la fin du générique…

La note d’Etats Critiques : 5/10

Publicités