Un an après son diversement apprécié Prometheus qui n’était pourtant pas dénué de qualités, Ridley Scott revient sur terre avec Cartel et nous embarque tout de même pour un voyage inquiétant au pays pas vraiment merveilleux du trafic de drogue…

Cartel2

Un jeune avocat brillant (Micheal Fassbender) a qui tout réussit, décide de s’associer au sulfureux Reiner (Javier Bardem, toujours excellent dans ses rôles de hors-la-loi qui s’assument), pour l’argent sûrement mais aussi pour le fun, sûr de sa force, de son succès.

L’acteur irlandais développe brillamment devant la caméra de Scott, un personnage à l’insouciance arrogante, persuadé que rien ne peut lui arriver et ce, quelles que soient ses activités, illégales ou non. Mais le danger est là, permanent.
D’abord gentiment. On évoque une nouvelle façon de tuer, particulièrement horrible mais gentiment, autour d’un verre… Plus explicite ensuite avec Westray (Brad Pitt), toujours autour d’une bière…

Le rythme lent de l’intrigue permet à Ridley Scott de distiller le danger. Soyons clairs : il ne se passe pas grand-chose. Mais l’étau se resserre à chaque instant autour de l’avocat sans nom. Des meurtres sont commis pendant qu’il mène sa petite vie tranquille et charme la belle Laura (Penélope Cruz).

On pense à Soderberg et à son film Traffic (2000) ou encore au No Country For Old Men des Frères Cohen, pour l’atmosphère, d’autant plus que, pour ce dernier exemple, le duo avait adapté la nouvelle éponyme de Cormac McCarthy qui signe ici son premier scénario original : ses dialogues ciselés nous invite à réfléchir sur la notion de choix et de ses conséquences, parfois terribles…

Les mauvaises langues diront sans doute que tout cela a un air de déjà-vu. Oui… C’est vrai, un peu ! Mais c’est soigné et… Tellement bien interprété ! Le casting quatre étoiles n’est pas uniquement là pour faire joli. A part peut-être Penélope Cruz qui tient mal la comparaison avec ses camarades de jeu. A sa décharge, jouer la compagne enamourée n’est pas ce qu’il y a de plus exaltant en matière de cinéma.

A l’inverse Cameron Diaz, elle, crève l’écran : Ridley Scott lui offre enfin un rôle « adulte » bien loin de la blonde écervelée de Mary à tout prix (1998). Elle prouve, avec son personnage Malkina, qu’elle peut faire preuve de subtilité et donner de l’épaisseur à ses rôles.

En résumé, Cartel est un bon film de genre qui se laisse savourer en prenant son temps, sans le perdre.

 

La note d’Etats Critiques : 7/10

 

 

 

Cartel.

Cartel

Thriller, drame. Etats-Unis, Grande-Bretagne, Espagne. Réal : Ridley Scott. Avec Michael Fassbender, Javier Bardem, Cameron Diaz. Titre original : The Consuelor.

Un brillant avocat décide de se lancer dans le trafic de drogue. Une décision lourde de conséquences…

SORTIE DEPUIS LE 13 NOVEMBRE 2013

Publicités