Les Recettes du Bonheur, le nouveau film d’Helen Mirren est sorti sur nos écrans hier. Une bonne occasion d’évoquer la filmographie de celle qui incarna la reine Elisabeth II dans The Queen (2006). Mais inutile de rêver de Buckingham Palace cette fois ! Partons plutôt pour les Etats-Unis, pays merveilleux où fut tourné l’excellente comédie d’espionnage Red il y a quatre ans. Helen Mirren y croise les monstres sacrés Bruce Willlis et Morgan Freeman.

hm

Franck Moses (Bruce Willis) est un agent secret à la retraite qui trompe son ennui en appelant quotidiennement une employée de sa caisse de retraite (Mary Louise Parker) en prétextant à chaque fois un problème d’envoi de chèques. Il sympathise bien avec elle mais en dehors de cela sa vie est monotone, il mange et fait du sport seul chez lui en tête à tête avec un… Avocat ! (le fruit hein !).

Mais tout change très tôt un beau matin… Un commando débarque chez lui pour le tuer. Bien évidemment, il ne se laisse pas faire mais sa maison n’y résiste pas et se transforme en gruyère dans une première scène d’action spectaculaire qui donne  le ton pour la suite. Bientôt, ça tire, ça explose, ça se bagarre dans tous les sens dans la plus grande tradition des films d’action des années 80 avec en prime, une bonne dose de second degré.

Car oui, Red est une comédie avant tout. Le casting en or est à la fête : Bruce Willis joue avec son image en donnant vie à un retraité qui s’emmerde, John Malkovic campe un espion complètement parano qui vit sous terre et Morgan Freemann profite des formes du personnel féminin de sa maison de repos ! Les situations improbables et les raccourcis s’enchaînent mais on s’en fiche, tant la dimension fun du film est assumée.

Helen Mirren y apporte sa classe so british à l’ensemble, son petit jeu amoureux avec Ivan Simanov (Brian Cox), ex agent soviétique reconverti en ambassadeur, est très savoureux !

On retrouve également avec plaisir Richard Dreyfuss, acteur fétiche de Spielberg à ses débuts (Les Dents de la Mer (1975), Rencontres de troisième type (1977)). Il incarne un vendeur d’armes délicieusement insupportable et contribue lui aussi à la réussite du film.

Le public ne s’y est d’ailleurs pas trompé puisque Red fut l’un des succès surprise de l’année 2010. Pour une fois que Box-Office a raison, il ne faut pas se priver !

Publicités