Disons-le franchement, on est un peu fâché avec Mathieu Kassovitz depuis son très décevant film en tant que réalisateur sorti en 2011.

En effet, dans l’Ordre et la Morale, il choisissait de revenir sur l’enlèvement de gendarmes en Nouvelle-Calédonie en 1988… Un sujet fort, malheureusement gâché par son désir irrépressible de se mettre en avant… Il revient en cette fin d’année avec Un illustre inconnu, qu’il ne réalise pas. C’est déjà un bon point.

inconnu

On retrouve donc Mathieu Kassovitz en simple comédien. Peut-être la première  étape vers une réconciliation future.

Il incarne Sébastien Nicolas, un agent immobilier solitaire et sans histoires. Du moins en apparence car, c’est un insatisfait. Il est insatisfait de son existence, alors il copie celle des autres, allant même jusqu’à se glisser dans leur peau grâce à des déguisements très élaborés. On découvre un homme qui n’est heureux que lorsque qu’il s’oublie totalement au point de devenir quelqu’un d’autre.

A travers ce film, Mathieu Delaporte (co-réalisateur du Prénom (2011) avec Alexandre de la Patellière) invente le concept de « schizophrénie consciente ».

C’est… Déroutant et absolument fascinant.

Le désir de se travestir est plus fort que tout, Sébastien Nicolas portant même une perruque sous sa véritable identité dans l’unique but de mieux se travestir ensuite…

On cherche à comprendre ses motivations.

Pourquoi fait-il cela ? A cause de la solitude ? Assurément ! Eh bien, non.

En fait, Sébastien choisit la solitude, comme le montre la séquence où sa sœur lui propose de rester un peu mais lui refuse en prétextant une réunion… Plan suivant : il dîne seul dans sa cuisine.

Autre hypothèse plus simple : ce mec est un tueur en série qui élimine ses proies pour prendre leur place ! Non, plus. Il ne passe jamais à l’acte. Il détruit même moules et masques lorsque des personnes l’interpellent, pensant avoir reconnu leur ami.

L’interprétation exceptionnelle de Kassovitz devrait, au minimum, lui assurer une nomination aux César, si le comité de sélection a, un tant soit peu, de jugeote.

Les mauvaises langues diront toujours que le maquillage n’est pas parfait, qu’en regardant attentivement on reconnaît bien Mathieu Kassovitz sous le déguisement… Oui et alors ? On reconnaît bien Don Diego de la Vega sous le masque de Zorro et personne n’y trouve à redire !

Delaporte sollutionne d’ailleurs ce petit problème en allant plus loin : Sébastien Nicolas jette finalement son dévolu sur un ancien violoniste virtuose bien fatigué par la vie, Henri de Montalte… Joué par Mathieu Kassovitz ! Ainsi, on pourrait presque écrire à la fin de cet article quelque chose du genre :

Drame, thriller. France. Réal : Mathieu Delaporte. Avec Mathieu Kassovitz, Mathieu Kassovitz, Marie-Josée Croze…« 

Mais comment dès lors, différencier les deux ? La encore, le réalisateur a touvé une solution astucieuse en embauchant Bernard Murat qui prête sa voix au « véritable » Henri de Montalte… C’est bluffant !

Sébastien et Henri partagent un certain dégoût de leur existence et le film nous pousse à nous interroger, au delà de la question évidente sur l’identité, sur le sens que l’on doit donner à la nôtre, plongeant à l’ensemble dans une ambiance assez sombre… Même si, vous le verrez, notre agent immobilier finit par trouver un sens à sa vie, dans un sens…

Malgré tout, rien ici-bas n’est parfait (à part Interstellar !) et le film n’est pas exempt d’invraisemblances, de facilités qu’on lui pardonne bien volontiers tant son parti pris est plutôt osé. On aime quand le cinéma sort des sentiers battus comme cela, quand il nous surprend, nous interpelle, nous dérange aussi.

Mathieu Kassovitz est éblouissant et nous fait oublier les bisbilles qu’on avait envers lui avant la séance. La réconciliation est là !

Juste un petit bémol (petit, hein, te fâche pas Matt !) cependant, le reste du casting est un peu trop effacé face au premier rôle.

Une chose est sûre en tout cas, Mathieu Kassovitz se (re)fait un nom avec les créateurs du Prénom.

La note d’Etats Critiques : 8/10

Un illustre inconnu.

inconnu2

Drame, thriller. France. Réal : Mathieu Delaporte. Avec Mathieu Kassovitz, Marie-Josée Croze, Eric Caravaca.

 Sébastien Nicolas trouve sa vie ennuyeuse et pour l’égayer, il aime se glisser dans celle des autres…   

Sorti depuis le 19 novembre 2014. 

Publicités