Après un passage à Hollywood pour Elysium (2013), le cinéaste sud-africain Neil Blomkamp, valeur montante du cinéma de science-fiction, est de retour chez lui à Johannesburg, le temps de réaliser Chappie, avant de céder à nouveau aux sirènes américaines en prenant les commandes du prochain Alien… Alors, chapeau Chappie ?

chappie

Il y a déjà six ans sortait un petit film qui ne payait pas de mine, réalisé par un inconnu et produit par Peter Jackson lui-même. C’était District 9, l’histoire d’un ghetto extraterrestre en Afrique du Sud, métaphore fascinante de l’Apartheid…

Dès les premières minutes de Chappie, Blomkamp se place dans la filiation de ce premier film avec, un même lieu de tournage (Johannesburg), un même acteur (Sharlto Copley dans le rôle de Chappie) et surtout, un même montage (une séquence d’ouverture montrant des témoignages face caméra, à la manière d’un documentaire tout comme dans District 9).

On sent qu’il veut retrouver la fraîcheur et les trouvailles visuelles de ses débuts. Les bidonvilles servent à nouveau de décors à son histoire, mais cette fois pas d’extra-terrestre en vue, il choisit d’aborder un autre thème cher à la science-fiction : l’intelligence artificielle.

Deon (Dev Patel, le héros de Slumdog Millionnaire (2008)), un jeune et brillant ingénieur a mis au point des robots policiers révolutionnaires très efficaces pour faire baisser significativement la criminalité urbaine, à la grande satisfaction de sa patronne Michelle Bradley (Sigourney Weaver).

Mais Deon veut aller plus loin, il veut créer un robot capable de penser par lui-même… Et il y arrive ! Ce sera Chappie.

Malheureusement, le robot est rapidement entouré d’individus peu recommandables qui profitent de sa naïveté pour l’entraîner dans la criminalité. Deux en particulier, Ninja et Yo-landi deviennent ses « parents » et le manipulent… Nous sommes quand même gênés par leur côté trop caricatural (avec tatouages et coiffures improbables) même si heureusement, ils évoluent au fil du film…

A cette occasion, Blomkamp souligne bien fortement (trop?) l’importance de l’environnement dans l’éducation et la construction d’un individu.

Les questions existentielles qu’il pose au fur et à mesure de l’évolution de Chappie sont bien plus intéressantes : qu’est-ce que le vivant ? Qu’est-ce qui nous définit ? Notre corps ? Notre intelligence ? Nos actes ? Mais surtout la grande question : comment gérer des « machines pensantes » ?

On touche ici à la grande angoisse qui parcourt la science-fiction depuis très longtemps : que devient l’homme quand ses créations s’affranchissent de lui ? Question d’autant plus pressante que, dans la vraie vie, l’intelligence artificielle ne cesse de progresser…

Vincent (Hugh Jackman), le collègue militaire de Deon, a lui en tout cas choisi son camp et il est bien décidé à se débarrasser du pauvre petit robot qu’il voit comme une menace.

L’acteur australien prend un plaisir visible à casser son image de gentil costaud mutique forgée ces dernières années avec bien sûr, son personnage de Wolverine dans la saga des X-Men. Il prouve lui aussi que les rôles de méchants sont bien les plus excitants.

Mais on oublie l’essentiel : Chappie. La performance en motion capture (capture de mouvement) désormais incontournable dans ce genre de film, est très réussie. L’acteur Sharlto Copley donne vraiment une humanité au robot, on est touché par sa naïveté enfantine et on souffre avec lui des violences qu’il subit…

Mais malgré toutes ses qualités, on n’est pas totalement emporté. Chappie n’a pas la puissance évocatrice de District 9 et certaines questions (la conscience notamment) sont trop vites évacuées.

Mais l’ensemble n’est quand même pas mal du tout. Donc oui, on n’est pas loin du chapeau Chappie !

Vivement District 10, qu’on annonce pour 2020*…

La note d’Etats Critiques : 7/10

 

Chappie.

chappie2

Science-fiction. Etats-Unis, Mexique. Réal : Neil Blomkamp. Avec Sharlto Copley, Dev Patel, Hugh Jackman. 

 Dans un futur proche, l’Afrique du Sud a choisi d’utiliser des robots policiers pour assurer la sécurité et lutter contre la criminalité. Leur inventeur parvient à créer un programme d’intelligence artificielle et l’implante en secret dans un robot voué à la destruction… 

Sorti depuis le 04 mars 2015. 

 *allocine.fr.

Publicités