Alors que le nouveau Terminator sortira la semaine prochaine, on vous propose de patienter grâce  à un petit détour en Chine et découvrir La Bataille de la Montagne du Tigre. Vous allez voir en effet que les blockbusters ne sont pas uniquement l’apanage des Américains…

tigre

Généralement quand on évoque les supers productions au cinéma, il s’agit exclusivement de films hollywoodiens.

Or, depuis une petite semaine,  l’autre grande puissance du monde s’invite aussi à la fête avec une grande fresque de guerre La bataille de la Montagne du Tigre. 

La première chose qui frappe au début de la projection n’a rien à voir avec le film proprement dit : il s’agit du nombre incroyable de spots présentant les sociétés de production ayant participé au projet qui laisse présager l’importance du budget alloué au film…

Effectivement les moyens sont là et ils s’incarnent dans un esthétisme soigné caractéristique du cinéma asiatique. La 3D souligne magnifiquement la beauté des paysages enneigés que l’on peut admirer dans ses moindres détails… Pourquoi ? Tout simplement parce que le cinéaste Tsui Hark choisit d’utiliser cette technologie dès le tournage sans la réduire à une conversion à posteriori.

L’immersion dans ce récit guerrier est totale et absolument bluffante. On est aux côtés des combattants de l’armée populaire dans la guerre civile chinoise. Le film relate l’opposition entre la mouvance communiste qui cherche à unifier le pays et des leaders locaux qui, eux, cherchent à conserver un pouvoir plus traditionnel, plus local, plus tribal.

Concrètement,  ce duel prend corps dans le film au travers de deux personnages : le Capitaine 203 et « Hawk » (Le Faucon), ridiculement traduit par le « Seigneur des Aigles » en français…

Les combats sont magnifiquement mis en scène grâce à l’effet « Bullet time », littéralement « le temps d’une balle » qui consiste à ralentir l’action à l’extrême sans bloquer les mouvements de caméra : les balles transpercent les hommes, le sang gicle des plaies mais tout reste comme « suspendu » tandis que la caméra continue de se déplacer librement dans le chaos… Les Waschowki ont brillamment utilisé cette technique dans leur chef d’oeuvre Matrix (1999) bien sûr.

Le résultat est superbe ! Tsui Hark (c’est terrible à dire) rend à la violence… « Belle », offrant à son récit un souffle épique qui transporte et n’a rien à envier au grand voisin américain. Il nous offre même un plaisir fou : un combat singulier entre un homme et un tigre !

Mais comme souvent si la forme impressionne, le contenu, moins. Premier bémol : le rythme, La Bataille de la Montagne du Tigre dure 2 h 20, ce qui en soit n’est pas un problème sauf à partir du moment où on les voit… La beauté visuelle aussi enthousiasmante soit-elle n’empêche pas les quelques temps morts qui égratignent l’expérience…

L’autre bémol vient des personnages bien trop lisses et binaires comme le capitaine 203 (qui n’a même pas de prénom !) totalement habité par son objectif de victoire finale en dépit de tout le reste… Mais l’exemple le plus marquant étant le « Seigneur des Aigles », le grand méchant, longtemps sans visage car filmé de dos ou dans l’ombre.

Une véritable caricature vivante ! Il porte sur lui d’être très antipathique (chauve avec une poignée de cheveux hirsutes) et au cas où on aurait pas compris l’idée, se montre très violent envers ses hommes… On apprécie tout de même de retrouver le grand Féodor Atkine qui lui prête sa voix dans la version française.

En résumé, le traitement très tranché du méchant est là pour mettre en valeur, à contrario, l’armée populaire qui réussit à vaincre le tyran barbare !

A cet instant, on prend conscience d’une sorte d’inversion des valeurs, inhabituel pour un public davantage habitué aux standards de l’Oncle Sam…

On s’explique : là, où le cinéma américain défend la puissance de l’individu pour triompher (un super héros par exemple), son pendant chinois  adopte le postulat totalement inverse, c’est le collectif qui prime sur l’individu (ici, l’armée populaire glorifiée à l’extrême dans une séquence finale totalement fantasmée…).

Ce film nous rappelle que le cinéma est malheureusement aussi un outil de propagande et d’influence culturelle considérable qui gâche parfois le romantisme des passionnés que nous sommes…

Quoi qu’il en soit, La Bataille de la Montagne du Tigre reste une prouesse visuelle assez incroyable qui démontre avec éclat que la Chine est tout à fait capable de se hisser au niveau d’une autre grande puissance bien connue en matière de cinéma.

La note d’Etats Critiques : 7/10

La Bataille de la Montagne du Tigre (titre original : The Taking of Tiger Mountain).

tigre2

Guerre. Chine. Réal : Tsui Hark.  Avec  : Zhang Hanyu, Lin Gengxin, Liya Tong. 

En 1946, la guerre civile fait rage en Chine. De nombreux chefs locaux sèment la terreur dans le pays… Parmi eux, le « Seigneur des Aigles » s’est installé dans une forteresse sur la Montagne enneigée du Tigre. Le capitaine 203 et ses hommes vont devoir l’affronter au cours d’une bataille qui s’annonce terrible… 

Sortie depuis le 17 juin 2015.

Publicités