Cette semaine, Terminator revient dans un des blockbusters les plus attendus de l’année ! Les diverses bandes-annonces qui ont circulé laissent entrevoir un retour aux fondamentaux salutaires mais aussi bien plus que cela…

Verdict libéré de toute influence néfaste de la nébuleuse Skynet, on vous le promet.

terminator2

Douze ans après un troisième  volet qui ne mérite rien de mieux que les oubliettes, notre robot préféré reprend du service… C’est un euphémisme de dire que nous étions circonspects tant Terminator 3 (2003) avait cassé une saga pourtant brillamment conclue par James Cameron en 1991.

Les producteurs semblent d’ailleurs en avoir conscience, à tel point qu’ils n’ont pas hésité à diffuser sur la toile une entrevue avec le réalisateur au cours de laquelle il adoube le film, bien qu’il n’a pas participé à son développement. Qui plus est, toute référence aux derniers épisodes (Terminator 3 (2003) et Terminator Renaissance (2009)) est évité.

On reprend donc les éléments des deux premiers films : John Connor, le leader de la résistance contre les machines envoie son compagnon de lutte Kyle Reese en 1984 pour protéger et former sa mère au combat. On retrouve aussi le T-1000 (le robot de métal liquide capable de changer de forme et d’apparence), incarné à l’origine par Robert Patrick mais pour le reste… Tout a changé !

Les cartes sont totalement rebattues dans ce nouvel opus !

Il apporte une nouvelle approche audacieuse de la saga et c’est vraisemblablement ce qui a plu à son réalisateur originel : Sarah Connor n’est plus la jeune femme fragile et ignorante d’autrefois. Elle est déjà consciente du rôle fondamental qu’elle doit jouer pour le salut de l’humanité…

A l’image du Kyle Reese (Jai Courtney, nouvelle figure montante du film d’action), on ne comprend plus rien et c’est génial !

Pour être réussie, une suite ne doit pas se contenter de reprendre les codes d’un univers mais y apporter une véritable plus-value tout en développant sa propre singularité : Par exemple, dans Terminator 2, le T-800 n’est plus un ennemi, ce qui bouscule les bases de la saga. Terminator Genisys a aussi cette volonté de bousculer les habitudes des fans en changeant totalement le rôle d’un personnage clé…

C’est un film à part entière, pas uniquement un prolongement fainéant des précédents.

Emilia Clarke (la belle Khaleesi de la série Game of Thrones) apporte sa propre touche au personnage de Sarah Connor tout en s’inscrivant dans la continuité de celui développé par Linda Hamilton. C’est un jeu subtil et délicat dans lequel il faut respecter sans tomber dans le réchauffé… Comme attendu, ce nouveau film y arrive très bien.

Les effets spéciaux sont réussis mais c’est presque normal à l’heure du tout numérique… Les scènes spectaculaires de rigueur sont justement dosées sans que l’on risque une indigestion façon Michael Bay (cf Transformers 4)…

Cependant, il faut bien avouer que l’on n’est pas totalement emballé par cette réussite indéniable…

En effet, malgré l’enthousiasme, on ne peut se défaire d’un petit sentiment de lassitude tout au long de la projection. La faute à James Cameron qui, comme nous l’avons dit plus tôt, a brillamment conclu Terminator il y vingt-quatre ans. Et ce n’est pas sa citation flatteuse en tête de gondole des affiches françaises qui nous console…

Malgré un choix artistique très intéressant, ce nouveau chapitre ne peut dissimuler une intention de surfer sur des succès passés qui nous enferme dans un cycle visiblement sans fin en laissant toujours la porte ouverte à une suite… (restez bien jusqu’à la fin du générique, vous comprendrez…).

D’où la lassitude et l’impression d’arriver au bout d’un système où l’on suit des sagas à la manière des séries en plaçant toujours le spectateur dans l’attente du film suivant…

Hélas, quand on voit que Spiderman va redémarrer une seconde fois ou que Marvel ne cesse de croiser ses différentes licences, il apparaît clair que la notion de « point final » est totalement étrangère au cinéma de masse…

Ce retour de Terminator est donc certes très réussi mais il est aussi symptomatique d’une industrie qui malgré une certaine audace a, au fond d’elle-même, des difficultés à véritablement se renouveler et, de ce fait, ne peut susciter un enthousiasme total.

La note d’Etats Critiques : 7,5/10

Terminator Genisys.

terminator

Science-fiction. Etats-Unis. Réal : Alex Taylor.  Avec  : Arnold Schwarzenegger, Jason Clarke, Emilia Clarke . 

John Connor expédie son ami Kyle Reese en 1984 pour protéger et préparer sa mère Sarah Connor à la guerre contre les machines… Mais le passé que Kyle découvre ne ressemble pas vraiment à celui auquel il s’attendait… 

Sortie depuis le 01 juillet 2015.

source photo du film : imdb.com. 

Publicités