Ah, les péplums comme Ben-Hur (1959) ou les fresques bibliques comme Les Dix Commandements (1956), c’était quelque chose ! Ethan et Joel Coen proposent leur vision très satyrique de cette époque où les studios régnaient sur les productions…

Silence sur le plateau, moteur, action ! 

avé

L’auto dérision est une thématique très à la mode en ce moment dans le monde merveilleux d’Hollywood… Et ça marche ! Deadpool bat des records d’entrées depuis sa sortie. C’est assez fou de constater, qu’une industrie soit capable de pointer ses propres défauts pour les retourner à son avantage et nous prendre encore plus d’argent (nous, pauvres cinéphiles, sommes vraiment faibles) !

Après les supers-héros, c’est l’âge d’or des Studios dans les années 50, l’époque des productions ambitieuses (péplums, westerns, ballets aquatiques…) ultras contrôlées que les frères Coen ont choisi d’aborder dans Avé César.

On suit les péripéties d’Eddie Mannix, le fixer des Studios Capitole : un fixer (de l’anglais « to fix », réparer) est une personne qui est chargée de résoudre les problèmes divers et variés qui peuvent se présenter. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il va y en avoir !

Citons, pêle-mêle : le réalisateur vedette qui refuse l’acteur qu’on lui impose, les autorités religieuses qu’il faut contenter avec l’adaptation de la Bible sur Grand Ecran, la grossesse hors mariage de la reine des ballets aquatiques etc…

Les événements s’enchaînent sur un ton léger, on sent que les acteurs s’amusent vraiment (mention spéciale à George Clooney qui prend un plaisir fou à jouer avec son image). Le spectateur apprécie aussi cette dérision et sourit.

Malheureusement, le sourire ne va pas jusqu’au rire. L’ensemble est sympathique, sans plus. La faute à des enjeux scénaristiques qui se désamorcent trop vite et le film se transforme rapidement en une sorte de catalogue passant en revue tous les genres de l’époque (western, ballet aquatique, comédie musicales…).

Même les références au communisme, censées être drôles tombent à plat.

Avé César est l’exemple même du long métrage qui ne tient pas les promesses de sa bande-annonce et nous laisse un goût d’inachevé dans la bouche, on repart avec la sensation d’avoir vu une satyre inaboutie…

Il n’y a rien de plus horripilant de se rendre compte que les meilleurs moments d’un film sont dans sa bande-annonce, surtout à une époque où la place de cinéma sera bientôt aussi chère qu’un paquet de cigarette ! Pourtant, le cinéma est une merveilleuse addiction…

Sans être raté, le dernier né des Coen ne mérite pas que vous dépensiez votre argent précieux pour si peu.

La note d’Etats Critiques : 6/10

 

Avé César ! (titre original : Hail, Caesar !).

avé2

Comédie. Etats-Unis, Grande-Bretagne. Réal : Joel et Ethan Coen. Avec : Josh Brolin, George Clooney, Alden Ehrenreich.

Les péripéties d’Eddy Mannix, fixer aux Studios Capitole.  

Sortie depuis le 17 février 2016.

Publicités