Cinq ans après avoir adapté Ernest et Célestine, une série de livres pour enfants signée de l’écrivain et illustratrice Gabrielle Vincent (qui a connu un beau succès avec en point d’orgue le César du meilleur film d’animation et même une nomination aux Oscars), le réalisateur Benjamin Renner choisit encore l’adaptation pour son nouveau projet, mais cette fois, il ne transpose pas le travail d’un autre mais le sien : Le Grand Méchant Renard est une bande-dessinée qu’il a publiée en 2015.

À l’écran, elle se transforme en un film à sketchs où un cochon, un canard et bien sûr un renard vivent des aventures rocambolesques, 3 pour être précis.

Chacune d’entres elles nous est présentée par le fameux renard à la façon d’un Monsieur Loyal face au public depuis une scène de théâtre. Ces présentations donnent le ton du film en étant elles-mêmes totalement loufoques (Le Renard est souvent interrompu par les autres protagonistes).

On retrouve le style graphique d’Ernest et Célestine, c’est à dire des personnages proches de l’esquisse, dessinés avec des traits simples. Une animation traditionnelle qu’on a un peu oublié depuis une vingtaine d’années et la sortie de Toy Story (1995) qui a marqué un tournant dans le genre en donnant ses lettres de noblesse aux images de synthèse.

La perfection visuelle et la fluidité incroyables de ces films (du moins pour les productions Pixar) peut manquer lorsque l’on revient à une animation « à la main », plus classique dirons-nous. Et pourtant, elle n’a rien perdu de son charme ! Simplicité ne rime pas forcément avec médiocrité, au contraire !

Les personnages sont très expressifs et leurs aspects physiques traduisent bien leurs « traits »… de caractère ! Le renard chétif par exemple n’a rien du prédateur terrifiant qu’il est censé être vis à vis des poules ou des poussins qu’il doit dévorer, en accord avec les règles ancestrales de la chaîne alimentaire.

La direction artistique des « voix » du film est excellente ! Chacun et chacune se donne à fond en étant dans le bon tempo et le bon ton, offrant une énergie folle à l’ensemble du long-métrage, parvenant même à faire rire le public adulte face aux comiques de situation pourtant très premier degré qui prennent vie devant lui.

On devine que les comédiens se sont éclatés lors des sessions d’enregistrements des dialogues effectuées en amont de l’animation, à la différence d’un film étranger doublé bien sûr après la fin de sa production.

Les oreilles averties reconnaîtront peut-être Christophe Lemoine (alias Cartman dans South Park) et aussi Damien Wietecka (voix française régulière de Leonardo DiCaprio).

Ne vous laissez pas rebuter par l’animation à l’ancienne du film et précipitez vous voir ces petits animaux déjantés et tellement attachants, surtout si vous êtes les heureux parents de jeunes enfants.

La note d’Etats Critiques : 9/10

 

Le Grand Méchant Renard et autres contes. 

Animation. France. Réal : Benjamin Renner et Patrick Imbert. Avec les voix : Céline Ronte, Boris Rehlinger, Guillaume Bouchède.

La vie à la ferme n’est pas toujours reposante surtout quand une cicogne débarque avec un bébé sans prévenir et pas seulement… 

Sorti depuis le 21 juin 2017. 

Publicités