Le 29e Festival International du Film d’Histoire de Pessac a ouvert ses portes hier soir au cinéma Jean Eustache, accompagné par le son jazzy des années 20-30 du groupe The Gatsbys en l’honneur de la thématique de cette année : « 1918-1939 : la drôle de paix ».

En effet, cette période est marquée par un vent de liberté, un bouillonnement culturel et artistique pour oublier les horreurs de la Grande Guerre, celle qui devait être « la der des ders »

Il ne faut pas oublier qu’à cette époque, on n’imagine absolument pas que deux décennies plus tard, un second conflit mondial éclatera… La dénomination d' »entre deux guerres » n’a de sens que pour nous qui connaissons la fin de l’Histoire…

affiche-pessac

Mais le festival permet aussi d’évoquer une autre période, les années 80, 1980 précisément, grâce au franco-russe Leto qui retrace l’émergence d’une scène rock à Leningrad cette année-la en Union Soviétique.

Mike Naumenko (Roman Bilyk), la star du milieu, rencontre le jeune Victor Zoi (Teo Yoo), un jeune musicien très talentueux. Natascha (Irina Starshenbaum) n’est d’ailleurs pas insensible à son charme. À eux trois, ils vont lancer le rock dans le pays.

Et ce, en dépit de la censure (les textes des chansons sont lus par les directeurs de salles avant les concerts !) et des fans très encadrés (ils doivent restés assis, ne pas sortir de banderoles et simplement applaudir bien sagement. après chaque chanson), ils transcendent la vie quotidienne avec leurs morceaux en rêvant de transgression dans des séquences oniriques très bien vues,  malheureusement gâchées par un homme au message qui nous ramène inutilement à la réalité…

Leto-2
source : imdb.com.

Pourtant, le réalisateur Kirill Serebrennikov  nous offre un film diablement bien filmé dans un magnifique noir et blanc au son des grands inspirateurs David Bowie ou Talking Heads… On sent toute la fougue d’une jeunesse un peu perdue qui rêve d’émancipation  et de liberté… C’est l’Été (« Leto ») chez les Soviets ! Enfin, jusqu’à un certain point.

En effet, l’automne et l’hiver ne sont pas loin, la faute a des longueurs qui plombent bien trop ce bel exercice de style qui en devient moyen, alors que l’excellence semblait à portée de main…

жа́лость  ! (« dommage ! »).

Rendez-vous ce soir au cinéma Jean Eustache de Pessac à 21 h 15 !

Site internet du groupe The Gatsby.

Publicités